Review

Essai Cupra Formentor 310 : oh dis, est-ce toi ?

by 12 mai 2021
Le Formentor est le premier modèle 100 % Cupra, la jeune marque de Seat, dédiée aux voitures sportives. Allons voir ce que donne cette version de 310 ch et 400 Nm !
Résumé
Marque et modèle

Cupra Formentor "Première Edition" 310 DSG 7

Prix de base

44 670 €

Prix du modèle essayé

52 815 €

Moteur

2,0 l 4 cylindres en ligne turbo (TSI)

Boîte de vitesse

Automatique à 7 rapports (DSG)

Transmission

Intégrale

Carburant

Essence

Puissance

310 ch

Puissance fiscale

20 CV

Couple

400 Nm

Conso moyenne constatée

11.3 l / 100 km

Km parcourus

450 km

0 à 100 kmm/h

4,9 sec

Vitesse max

250 km/h

Longueur

4,45 m

Largeur

1,83 m

Hauteur

1,51 m

Empattement

2,68 m

Poids

1 644 kg

Réservoir

55 l

CO2

192 g/km

L'essai du Cupra Formentor 310

Il y a de très fortes chances pour que vous n’ayez encore jamais croisé un Cupra Formentor dans la rue. Et encore moins dans sa version de lancement, « Première Edition », limitée à seulement 60 exemplaires en France, dont nous essayons aujourd’hui le numéro 40.

L’histoire de Cupra et du Formentor

Depuis la nuit des temps, Seat propose une déclinaison sportive sur la plupart de ses modèles. On se souvient surtout de l’excellente Ibiza Cupra ou encore de l’ennemie jurée de la Mégane R.S. et autres Focus ST, la Leon Cupra. Plus précisément, Seat proposait une déclinaison sportive de ses modèles car depuis maintenant 3 ans ; les choses ont un peu changé.

Le 22 février 2018, le constructeur espagnol s’est séparé de son badge sportif Cupra, qui a décidé de prendre son « indépendance » et devenir une marque à part entière. Une marque dédiée aux véhicules sportifs dont le slogan est unicité, sophistication et performances. Qui dit nouvelle marque, dit nouveau logo, et pour le sien, Cupra semble s’être inspiré de l’identité viisuelle des Transformers… Le cuivre est la couleur principale de la nouvelle identité de Cupra, cela donne des configurations de modèles à la fois agressives et funs, que tout le monde ne saurait assumer.

Le premier modèle de cette nouvelle marque fut le SUV Ateca. Ensuite, c’est la Leon qui a intégré le catalogue de Cupra dans sa version berline puis break. Toutes ces vulgaires Seat rebadgées… Pas vraiment original ni excitant comme début de carrière.

Mais en octobre 2020, Cupra présente le premier modèle entièrement conçu et développé par ses propres soins, le Formentor. Et comme c’est souvent le cas avec la division espagnole du groupe Volkswagen, le nom fait référence à un endroit précis trop cool du pays, le voici d’ailleurs. Ça a l’air beau, vivement qu’on puisse voyager de nouveau, ailleurs que dans sa cuisine ou dans son salon.

Bref, le Formentor est un SUV « coupé » au design assez badass audacieux qui fait tourner beaucoup de têtes et fait lever pas mal de pouces en l’air sur la route. Mais est-il aussi performant qu’il est beau ?

Moteur et transmission : quoi, trop banal ?

Mécaniquement parlant, mon Formentor 310 ne prend aucun risque et emprunte la combinaison sportive un peu par défaut du groupe VW : un 4 cylindres gonflé à bloc, de gros freins, des clapets actifs et une transmission intégrale. Une recette qui a déjà fait ses preuves sur la très efficace Volkswagen Golf R ou l’excellente Audi S3, entre autres.

Et Cupra assume parfaitement (et même, fièrement, je dirais) ses gênes allemands. A tel point que l’on ne prend même pas la peine d’apposer un logo Cupra sur les étriers de freins d’Audi S3, par exemple. Les données techniques sont d’ailleurs exactement les mêmes pour les deux voitures : 310 ch et 400 Nm, à la seule différence est que l’Audi est 0.1 sec plus rapide au 0 à 100 km/h et près de 10 000 € plus chère…

Et puisqu’on parle d’Audi, parlons aussi de son mythique moteur 5 cylindres que l’on a troujours cru réservé à une certaine élite d’Ingolstadt. Et bien, figurez-vous que Cupra a récemment annoncé une version très très énervée de son Formentor, le VZ5, qui sera équipée du fameux bloc si cher à la marque aux anneaux.

Dans cette logique de mutualisation et d’économie d’échelle réalisée au niveau de tout le groupe Volkswagen, le Formentor 310 emprunte également l’une des meilleures boîte auto actuelles : la DSG 7.

Pas de grande surprise à son volant : avec cet excellent équipement « emprunté » à ses cousins allemands, le Formentor ne pouvait qu’être excellent !

Cupra Formentor : la gamme

J’ai du mal à comprendre où va Cupra. Pourtant, la promesse initiale était simple : transformer le badge sportif en marque de voitures sportives. Tout comme la GT-R chez Nissan est passée de finition à modèle à part entière, Cupra est passée de finition à marque. C’est simple, ça a du sens d’un point de vue marketing et ça tient la route vis-à-vis de la concurrence (Renault Sport par exemple). Sauf que ce n’est pas si simple que ça.

En tout, Cupra a annoncé pas moins de 8 motorisations différentes sur le Formentor et toutes n’ont franchement pas grand chose à avoir avec une quelconque activité sportive… En plus des versions 310 et 390 (VZ5), toutes deux fournies avec la transmission intégrale 4Drive et à qui on peut difficilement reprocher le manque de peps, le SUV sera également disponible en traction, en plugin hybride et même en diesel. Ces différentes versions s’appuient, évidemment, toutes sur des motorisations déjà existantes chez VW et se situent entre 150 ch pour la moins puissante et 245 ch pour la plus puissante d’entre elles. La transmission varie selon la motorisation choisie (traction ou quatre roues motrices).

Et pour compliquer encore plus les choses, Cupra, l’ancienne finition sportive de Seat pour rappel, introduit au sein de sa gamme une nouvelle notion de finition sportive, appelée VZ (abréviation de « veloz », qui veut dire « rapide » en espagnol). Mais tous les modèles de la marque ne sont-ils pas censés être « veloz » ? Pourquoi préciser qu’il s’agit d’un modèle vraiment sportif dans la gamme d’un constructeur qui a promis de ne faire que des modèles sportifs ? Et puisqu’on en est à se poser des questions existentielles, depuis quand un 150 ch TDI, c’est sportif ? Cupra ne serait-il pas en train de nous faire du Seat là, à tout hasard ? Mais qui a tué Pamela Rose ? Arrêtons de nous poser des questions auxquelles on n’aura probablement jamais de réponse claire et installons-nous à bord de ce magnifique Formentor 310 « Première Edition ».

Bienvenue à bord

Comme la plupart des voitures sportives modernes qui se respectent, le Formentor accueille ses occupants en projetant le logo de la marque au sol. J’adore ce gadget ridiculement inutile et donc très indispensable.

Une fois installé au volant, on remarque immédiatement que Cupra a coulé un énorme bronze dans l’habitacle de son SUV coupé. Je parle évidemment de la fameuse couleur cuivrée, qui fait partie de l’identité visuelle de la jeune marque. Le gros logo en plein milieu du volant, le contour des aérateurs ou encore les surpiqûres dans le cuir : le cuivre est absolument partout !

Dans l’ensemble, l’intérieur du Formentor dégage un sentiment de premium assez semblable aux références allemandes en la matière. Les finitions sont excellentes ainsi que les matériaux choisis. On aime ou on n’aime pas le bleu pétrole mat de la carrosserie, mais on adore le rappel de cette teinte si particulière sur le tableau de bord du Formentor (en plus des sièges). C’est beau, c’est quali et c’est très bien équipé !

L’écran d’info-divertissement de 12 pouces est tactile et intègre un système très semblable à celui d’un smartphone moderne. Son ergonomie est perfectible mais ça reste néanmoins très intuitif et plutôt simple d’utilisation. Certaines fonctions utiles, qui ont toujours eu un bouton physique de raccourcis à portée de main, ne se commandent plus que via cet écran central et ça peut vite devenir pénible. Exemple : pour désactiver le Start & Stop, vous devez vous rendre dans le menu « véhicule », puis dans un sous-menu qui regroupe la gestion des aides à la conduite, puis vous devez décocher l’option Start & Stop… Si sur un long trajet cette manipulation ne représente qu’une toute petite formalité, sur un trajet où vous devez vous arrêter souvent (pour aller dans 3 magasins différents par exemple), ces clics à répétition peuvent vite devenir agaçants. C’est sûrement un coup de main à prendre, mais en 3 jours et 450 km au volant du Formentor, je ne l’ai pas pris…

L’éclairage d’ambiance du Formentor est assez malin et inédit, en tout cas pour moi. Les bandes à LED, situées dans les portières avant, sont connectées au système de détection d’angle mort et s’allument plus fort si une voiture est en train de vous dépasser. De même, si vous êtes à l’arrêt et vous quittez votre véhicule et laissant la portière ouverte, son éclairage virera au rouge très lumineux si un autre véhicule arrive par derrière.

Un dernier point sur l’habitacle avant de descendre admirer notre belle bête : les sièges. Les baquets à l’avant sont tout simplement parfaits : sublimes, confortables et très efficaces en maintien. Difficile de leur trouver le moindre défaut alors passons à l’arrière. L’assise est excellente et la place aux jambes très généreuse. Un gros siège bébé (dos à la route) loge parfaitement sur la banquette et laisse suffisamment de place au parent installé devant.

Du muscle, du muscle et encore du muscle

Comme je le disais un peu plus haut, le Formentor est le tout premier modèle 100 % réfléchi et développé par la jeune marque Cupra. Si la mécanique et les technologies embarquées sont toutes issues de l’énorme catalogue de pièces détachées du groupe VW, esthétiquement on a bien un véhicule inédit.

Et pour cette première fois, les designers espagnols ont fait un super boulot ! Les lignes du Formentor sont à la fois élégantes et agressives sans pour autant copier ouvertement Seat ou Audi. Le capot est gigantesque et ses nervures ne quitteront jamais votre champ de vision au volant, un peu comme dans une Mustang. L’imposant pare-chocs avant intègre deux grosses prises d’air permettant de refroidir les freins Brembo au mordant redoutable.

A l’arrière, on retrouve un joli becquet discrètement intégré en haut du hayon. Le bandeau à LED, que l’on a plutôt l’habitude de voir chez Audi, est magnifique et permet à lui seul de créer le fameux « effet waouh » et à donner une vraie personnalité au Formentor.

L’ensemble est très dynamique et ô combien sexy ! Je suis assez fan des proportions du Formentor et de sa musculature de manière générale. En revanche, je ne suis pas spécialement adepte du bronze omniprésent mais vous savez, les goûts et les couleurs…

Au volant

Les 310 chevaux du Formentor sont envoyés aux quatre roues via une boîte de vitesse automatique à 7 rapports (DSG). Cupra annonce un 0 à 100 km/h en 4,9 secondes pour une vitesse de pointe de 250 km/h.

Les modes de conduite proposés sont assez « classiques » et offrent une polyvalence tout à fait appréciable. En mode confort, la moindre imperfection de la route est brillamment filtrée dans un silence absolu. Tandis qu’avec le mode « Cupra » activé, la suspension se durcit, l’ESP est à moitié off et le hurlement des clapets d’échappement (amplifié artificiellement) est de plus en plus fort.

Il existe également un mode dédié au « tout-terrain » mais celui-ci n’intègre que l’assistant de frein en descente. La garde au sol restant toujours la même, je vous déconseille de vous aventurer sur un chemin fortement endommagé avec le Formentor…

Sur une route de campagne ou un circuit, le système de transmission électrohydraulique multi-disques 4Drive (le Quattro quoi) permet d’enchaîner les virages assez vite, sans jamais avoir l’impression d’être proche de la limite. Exactement comme dans une S3, je me répète mais c’est vraiment ça ! C’est si redoutable d’efficacité que les mauvaises langues (n’est-ce pas les BMistes ?) diraient que ça en est chiant. Mais ça conviendra parfaitement aux non pilotes-comme moi, qui aiment se sentir « pilotes » en étant guidés par l’auto…

Conclusion

Esthétiquement original, le Formentor 310 ne l’est pas vraiment d’un point de vue mécanique… Mais cette énième déclinaison du 2.0 TSI fait toujours aussi bien son job et offre un comportement toujours aussi dynamique et polyvalent à l’auto. Sans aucune surprise, j’ai adoré. Exactement comme j’ai adoré l’Audi S3, la VW Golf R ou la Leon Cupra (à l’époque où c’était encore Seat).

Avec un vrai coffre, le Formentor aurait pu être une vraie voiture familiale rapide et furieuse. Mais les 420 l de volume de chargement vont vite vous obliger à mettre une partie de vos bagages à l’arrière… Oubliez l’option « deuxième enfant » si vous prévoyez de voyager beaucoup.

Toutes les photos du Cupra Formentor Première Edition 310

On aime

+ La suspension qui filtre parfaitement toutes les imperfections de la route.
+ Le moteur explosif qui ne s'essouffle jamais.
+ L'avertisseur d'angle mort qui s'intègre à l'éclairage d'ambiance.
+ L'excellent compromis entre confort et dynamisme.

On aime moins

- L'ergonomie du système multimédia.
- Le tout petit coffre pour un si grand gabarit.
- Le manque de personnalité vis à vis des cousines germaniques (Audi S3, VW Golf R, etc.)

L'avis de l'équipe Hoonited
La note de l'équipe Hoonited
La note du public
Rate Here
Couleur
7.0
9.0
Extérieur
10
9.0
Jantes
9.0
8.0
Intérieur
10
9.5
Performances
8.0
7.0
Châssis
9.0
7.5
Assumerais-je de rouler avec ça ?
8.0
8.0
8.7
La note de l'équipe Hoonited
8.3
La note du public
2 ratings
You have rated this
About The Author
vityok
Tête de pétrole, ingénieur conso max et papa.