Review

Ford V6 PHEV, l’essai du paquebot amiral de 7 places pour Explorer l’Ouest (breton)Environ 17 minutes de lecture

by 10 août 2022
Résumé
Marque et modèle

Ford Explorer

Prix de base

86 400 €

Prix du modèle essayé

88 400 €

Moteur

V6 3 l de 200 ch + Electrique 110 ch (81 kW) et 113 ch (83 kW)

Carburant

Essence + électrique à recharger = hybride rechargeable

Puissance

457 ch

Couple

825 Nm. Pour tracter des bateaux.

Boîte de vitesse

Automatique à 10 vitesses. 10 VITESSES !

Transmission

Intégrale. 4x4, bah ouais, tu crois quoi ?!

0 à 100 kmm/h

6 secondes

0 à 200 km/h

Je tiens à mon permis.

Vitesse max

230 km/h

Longueur

5,06 m

Largeur

2 m

Hauteur

1,76 m

Empattement

3,03 m

Poids

2 466 kg

Réservoir

68 l

Km parcourus

1 300 km

Conso moyenne constatée

8,1 l / 100 km. Incroyable !

CO2

71 kg/km

Puissance fiscale

25 CV

Le Ford Explorer propose une hybridation rechargeable à son coupleux V6 pour les longs trajets en famille (nombreuse) et les incursions en ville dont les ZFE grâce à son autonomie de 42 km en électrique.

Ford Explorer : la taille de l’engin

On commence immédiatement par les poncifs. Comme ça, on est débarrassé par la suite. Ou pas. Grosse bagnole, petit zizi. C’est cliché, c’est entendu mille fois, c’est caricatural. Oui. Pour autant, je ne peux m’empêcher d’y voir une allégorie du capitalisme américain. Voire même de l’histoire des Etats-Unis. Plus fort, plus puissant et surtout plus gros que le reste du monde.

Pour rappel, ce pays fait la taille d’un continent. On va donc comparer ce qui n’est évidemment pas comparable. On évoque un « truck » d’une taille normale chez l’oncle Sam à un monstre chez nous, en Europe. Un Renault Espace, 7 places, mesure 4,86 m soit 20 cm de moins que l’Explorer. C’est beaucoup 20 cm. Pour la largeur, c’est 38 cm de moins. Attention aux photos trompeuses. Le Ford est énorme dans la réalité et bizarrement, pas à son volant. On y reviendra plus bas. On termine cette introduction par son poids : 2 466 kg. Soit le double d’une nouvelle Alpine A110. Je vous avais dit qu’on allait comparer l’incomparable.

La découverte de l’ouest en Ford Explorer

Ce titre est faux puisque je connais bien l’Ouest. Chaque année, je pars quelques jours à Saint-Cast-le-Guildo (aka Saint-Cast) dans la résidence secondaire familiale de mon ami Renaud (aka Nono). Cependant, je voulais découvrir l’Explorer durant un long trajet plutôt que durant une semaine classique de boulot/métro/dodo. Quoi de mieux que 1 300 km dont 600 d’autoroutes durant un week-end de 5 jours pour se faire un avis sur cet énorme bestiau.

La facilité de prise en main

Tandis que @LeStagiaire faisait testait la Fiesta à 26 440 €, mon premier essai Ford débutait par la voiture la plus chère au catalogue : 88 400 €. Sans option supplémentaire puisqu’elle est full options dans sa version Platinum. Une appréhension certaine pour la prise en main. Aucune envie d’abîmer la belle carrosserie par une manœuvre malheureuse. (Oui, les accrochages, ça arrive mais je préfère que ça arrive aux autres.) Heureusement pour moi, j’avais déjà eu la chance de conduire un tank lors d’un séjour aux States. Un GMC Yukon XL. Même sensation d’étonnement. Des véhicules ultra faciles à diriger. Il suffit simplement d’y aller doucement.

Qui a la PHEV ? L’Explorer, le roi de l’hybride rechargeable

Si le Yukon avait un V8 de 5,3 l à l’américaine ; l’Explorer adapte une nouvelle technologie plus européenne et notamment du fait des normes anti-pollution de rejets de CO2. Comment les faire diminuer ? C’est simple, en hybridant le véhicule. Ici, avec un moteur à essence turbocompressé EcoBoost 3 l de 355 ch (261 kW) et un moteur électrique de 101 ch (75 kW) pour une puissance combinée de 457 ch (336 kW).

Pour profiter pleinement du colosse, il faut jouer le jeu de la recharge. Au risque de finir dans un canard anti-véhicules électriques du style « c’est n’importe quoi les hybrides rechargeables car ils ne sont jamais rechargés donc ils consomment plus en essence à cause du poids des batteries ! » Bon, avec une petite batterie de 13,6 kWh ; ça ne serait pas la mer à boire vu la masse totale de l’Explorer. L’intérêt des PHEV, c’est d’avoir une autonomie en 100 % électrique. Le plus souvent entre 40 et 50 km. Parfait pour ceux qui vont au travail pas trop loin de la maison. Zéro goutte d’essence. L’autre intérêt, c’est qu’un hybride rechargeable devient un full hybride quand il n’a plus d’autonomie. Autrement dit, vous êtes toujours sur une assistance et même plus que ça parfois pour accompagner le moteur thermique et lui demander moins d’efforts, donc moins de consommations, donc moins de rejets de CO2, donc moins de malus.

La recharge du Ford Explorer PHEV

Comme écrit juste au-dessus, pour apprécier entièrement le Ford Explorer, il faut le recharger. Ce que j’ai fait en me branchant sur la prise domestique de cette belle demeure bretonne d’Odile et Henri. Pas d’inquiétude, j’ai pu leur offrir une bouteille de Sauvignon pour accompagner des multiples rillettes artisanales de poissons Ker Lagadeuc (article non-sponsorisé) en compensation des 11,83 € (0,174 € x 13,6 kWh x 5 jours) dépensés en électricité. Si le prix du « plein » se contente d’un 2,37 € ; le temps pour atteindre les 42 km d’autonomie sera de 7h. Un peu décevant ce ratio. Même avec une WallBox, il faudra 3,5 h. Comme pour une majorité de PHEV, il n’existe pas de recharge rapide. Autre déception, la qualité de fabrication des trappes. Surtout celle pour se brancher. Il faut forcer pour la refermer et avoir le coup de main pour l’ouvrir. Je doute qu’elles durent dans le temps.

La conduite en V6 hybridé de 457 chevaux

En parlant de temps, le Ford Explorer atteint les 100 km/h en 6 secondes. On parle d’un véhicule 7 places de 2 466 kg qui bat la majorité des petites sportives dont la i20 N (mais pas la GR Yaris). A l’usage, en sortie de péage, on arrive parfaitement à ce chrono. Le hic, c’est plutôt le couple. Avec 825 Nm, je pensais m’éclater les yeux au fond des orbites par la puissance du moteur et des 457 chevaux. C’est un nombre trompeur que ce 825 Nm. Il correspond surtout à la capacité de l’Explorer à tracter des bateaux ! D’ailleurs, la communication de Ford ne s’y trompe pas en proposant une photo sur son site dans cette situation. Mon erreur a été de penser que ce couple serait immédiat comme avec une voiture 100 % électrique. J’avais justement été impressionné par les 300 Nm de la Mégane E-Tech.

Toutefois, je rassure tout le monde. Quand il faut doubler en appuyant sur la pédale de droite, ça envoie du bois. En parlant de pédale, celle-ci s’avère particulièrement inclinée, presque à 90 degrés. Faut être souple de la cheville, ce que je ne suis pas donc un peu dérangeant à la longue.

Explorer sa souplesse

Continuons sur la souplesse. Ce Ford Explorer prend la première place du podium des puissances de mes voitures essayées sur Hoonited. Le record était détenu par la GR Supra de 340 ch. J’ajoute donc 100 bourrins supplémentaires sur ce coup. Pour autant, c’est sûrement la voiture avec laquelle j’ai roulé le moins vite. L’Aygo X ne compte pas, restons sérieux. Pourquoi donc un aussi gros moteur pour ne pas l’Explorer l’exploiter ? Pour son agrément ! Pour le plaisir de Tom cruiser en profitant de la vue et du confort. Que ce soit en électrique – je reste toujours autant fasciné par ce silence – ou en thermique, c’est toujours irréprochable. Le V6 ronronne avec un son plaisant dans une conduite coulée et s’exprime ouvertement si besoin.

Pour la conduite en ville, c’est pareil. Ça passe. Avec de l’amour, tout passe. Pour se garer et éviter de rayer les jantes (qui semblent bien résistantes à défaut d’être attirantes), le park assist remplit pleinement sa mission et remplace l’humain. Bluffant ce fonctionnement.

Les aides à la conduite sont toutes présentes et s’utilisent facilement sans rien à signaler de particulier.

Le mode Sport du Ford Explorer

Le Ford Explorer propose 7 places modes de conduite : Normal, Eco, Sport, Trail, Faible Adhérence, Remorquage et Pente Raide. Mon plus grand regret aura été de ne pas avoir testé le mode « Trail ». Je rêvais de m’embourber et de drifter avec des projections de sable partout. Puis j’ai réfléchi aux 88 400 € règles en société et au respect de l’espace public. Finalement, j’ai utilisé uniquement le mode sport. Sans être convaincu de sa pertinence au vu du gabarit de ce navire. Alors oui, il accélère encore plus fort mais il faut freiner encore plus tôt. Vous vous doutez bien qu’on aborderait ce sujet.

Pour freiner et s’arrêter : faut y aller Ford !

La physique a ses raisons qu’aucun ingénieur ne peut ignorer. Un véhicule de 2 466 kg ne se stoppe pas en une seconde. Les freins de l’Explorer font le job. Dans leurs limites. Quand tu crois être arrêté, il reste cette petite inertie qui se poursuit. Il faut s’affirmer et appuyer plus fort. D’où ma circonspection quant au mode sport. A mon sens, c’est prendre trop de risques avec un véhicule aussi lourd.

Le test de l’élan du fraisier

Indépendamment du freinage, il reste aussi la question du roulis. C’est surprenant, dans le bon sens. Tel un paquebot, on chaloupe du bassin. Ce n’est pas comme avec un voilier et son grand mât qui tangue à rendre malade. L’Explorer n’est pas le plus grand fan des routes sinueuses. Tranquillement, ça passe. Sauf pour le fraisier. Vous connaissez le test de l’élan ? Celui qui permet de connaître la réaction d’une voiture quand elle doit éviter un obstacle qui surgit. Genre un élan.

Avec Miss Novichok, nous avons inauguré le test du fraisier. Il suffit d’avoir un passager avec un fraisier dans les mains (en part individuelle, acheté 5 min auparavant en boulangerie pour pique-niquer à la mer) puis de prendre un virage serré à 45 km/h. Hey hop, la pâtisserie qui s’éclate contre la portière durant la courbe. Entre le cuir et le plastique, tout se nettoie facilement. De quoi enchainer sur la vie à bord.

La vie à bord d’un paquebot

La taille extérieure correspond aux volumes intérieurs. Tout est grand et spacieux dans ce Ford. C’est sa raison d’être. Explorer et voyager dans le bien-être. Le volant et les sièges se règlent évidemment électriquement. Avec trois positions mémorisables. Heureusement car les combinaisons sont tellement multiples qu’il serait impossible de retrouver la sienne.

De plus, cinq programmes de massages sont disponibles. Pour les longs trajets, cela ajoute du réconfort au confort. Un bémol pour la ventilation des sièges. Bruyante comme souvent et parfois peu efficace en semblant projeter de l’air frais vers l’arrière et non sur son derrière. Toutefois, l’insonorisation dans l’habitacle est excellente. Même à 130 km/h.

Avec son toit panoramique s’ouvrant d’une simple pression, l’habitacle regorge de lumière grâce notamment à ses grandes fenêtres contrairement à ces SUV à la con pour les passagers. Ceux-ci pourront aussi régler la climatisation à leurs pieds et/ou sur leurs visages, même pour la dernière rangée.

L’intérieur du Ford Explorer

La planche de bord avec des boutons physiques répond aux attentes, sans fioritures ni mauvaises finitions. Le peu de bois interroge son bien-fondé. Sûrement pour évoquer le côté bateau de plaisance. Tout est à la bonne place sur le volant et celui-ci est confortable en main.  

Les compteurs bleus apparaissent lisibles, modernes et jolis. L’écran multimédia est le principal défaut de l’Explorer. Pas tant par sa qualité mais plutôt par l’inéquation de sa taille avec son usage via Android Auto. On se retrouve avec une dalle de 10,1 pouces sauf que la projection de Google Maps se fait uniquement sur 40 % de l’écran et le reste donne l’information concernant la lecture de l’audio. Terriblement débile. Toutefois, le GPS natif se défend en prenant toute la place et en affichant clairement les sorties par des panneaux à la sauce TomTom.

Explorer le son au plus Ford

On pourra aussi se réconforter avec le son spectaculaire dans ce Ford Explorer grâce à un système audio sur-mesure de Bang & Olufsen. Et je crois vraiment à cette histoire de sur-mesure car c’était impressionnant en comparaison avec d’autres essais. Si @LeStagiaire en avait fait des grosses caisses claires pour le B&O dans la Fiesta, ici c’est une tout autre musique. En chiffres, cela donne 14 haut-parleurs et 980 watts. Comme pour la motorisation, c’est doux ou puissant, à la demande. Avec un bouton mute sur le volant.

L’habitabilité d’un navire

Je pourrais vous donner le volume du coffre ; qui s’ouvre électriquement via la clé, ou en appuyant sur un bouton indiqué via une encoche sur la carrosserie, ou en passant son pied dessous, ce que je ne savais pas durant l’essai.

Je vais vous le donner, par pure conscience professionnelle. Avant cela, voici une photo d’un VTT électrique de 29 pouces avec un siège-enfant dessus qui rentre entièrement dans le coffre. A partir de là, je pense qu’on a plus besoin de parler.

Vous en voulez encore ? On peut remplir des bagages comme des Portugais ainsi que des courses de la semaine pour 5 personnes sans difficulté grâce aux 635 litres de rangement et jusqu’à 2 274 litres avec toutes les banquettes à plat. A savoir, la manipulation pour rabattre la deuxième rangée de sièges n’est pas des plus évidentes. Il faut presque forcer pour les faire coulisser.

Paré pour les familles nombreuses

Enfin, pour les parents, on peut aussi installer ses enfants dans le coffre. Ou à l’arrière pour les plus jeunes, dans un siège adapté. Justement, voulant aussi tester cette situation, j’ai demandé à mon ami Nono de positionner sa fille Brune (aka Brunette, aka Nini, aka Cacahuète) pour une virée au Cap d’Erquy.

Nous étions donc 5 adultes et cette petite chose de 2 ans et demi dans un grand Explorer. Miss Novichok expérimenta la 6ème place, en dernière rangée, avec une conclusion sans appel : « je ne ferai pas 200 km ainsi, ça fait mal au cul. » Probablement le seul endroit inconfortable dans ce véhicule.

Durant ce trajet paisible, Brune a chouiné. Classique. Les parents ont cherché à comprendre le souci. J’ai proposé une diversion. Accélérer de 50 à 80 km/h sur une départementale en répétant l’opération plusieurs fois. Je vous jure, le bruit du V6 a redonné le sourire à la fillette. Et au conducteur.

La boîte de vitesses et la consommation

Nous arrivons à la fin de cet article et j’allais oublier de vous parler de la boîte automatique à 10 rapports. Oui, 10 rapports. J’allais oublier car il m’a fallu trois jours pour m’y intéresser tellement elle était fluide et efficace. Un regret, elle n’affiche pas les vitesses sur l’écran. Uniquement quand on passe en mode manuel avec les palettes au volant. Ce qui n’a strictement aucun sens vu l’agrément absolu en mode automatique. Pour terminer sur ce sujet, le sélecteur remplace pertinemment le levier de vitesses.

Quant à la consommation, je n’arrive toujours pas à y croire : 8,1 l / 100 km en 1 300 bornes dont 600 d’autoroutes. Merveilleuse hybridation. Comme je l’ai expliqué, j’ai roulé calmement. Il n’empêche que parfois, j’ai eu un pied plus lourd sur la pédale d’accélérateur. Il a sa personnalité ce V6. Un soir, il m’a même sorti tout l’orchestre en ruant dans les brancards et arguant qu’il en avait marre d’être ménagé. Résultat, une symphonie mécanique terriblement furieuse.  

Qui roule en Ford Explorer ?

Ça a été ma grande question durant l’essai : quel est le public pour s’offrir un mastodonte si spécifique ? Je remercie @VincentPaire et @AlexandreLenoir pour les échanges. Il s’agit tant de comptabilité que de plaisir. En effet, l’Explorer échappait encore récemment à tout malus avec son hybridation et se positionnait attractivement surtout en LLD (Location Longue Durée) à 800 € par mois. Le prix d’un loyer, certes. On peut toutefois dormir dans le coffre de son Explorer sans problème. Même à deux. C’est surtout que par rapport à son concurrent le Volvo XC90 T8, il offre un V6 contre un 4 cylindres. Si certaines performances sont en faveur du Suédois, l’agrément et le rêve (américain) profitent au Ford.

En conclusion

Le Ford Explorer demeure un formidable paquebot pour les longs voyages avec 5 ou 7 personnes à son bord. Grâce à sa stature, à la combinaison d’un moteur V6 historique et d’une hybridation rechargeable ; on tient une impressionnante réussite mécanique. Les défauts restent anecdotiques face aux qualités proposées. Sa taille et son poids sont inhérents à ce type de véhicules américains. On sait ce qu’on achète/loue, on n’est pas déçu et on en a pour son argent. Du confort de conduite et beaucoup d’agrément.

Toutes les photos du Ford Explorer

Les photos bien filtrées et les filés viennent de @LeStagiaire.

On aime

+ La parfaite hybridation et la consommation.
+ Le confort et l’espace.
+ L’agrément et le plaisir de conduite.

On aime moins

- L’écran multimédia.
- Les trappes.
- Le mode sport peu utile voire inutile.

L'avis de l'équipe Hoonited
La note de l'équipe Hoonited
La note du public
Rate Here
Couleur
8.0
7.8
Extérieur
9.0
7.5
Jantes
7.0
4.0
Intérieur
8.0
6.5
Performances
10
7.0
Châssis
8.0
7.5
Assumerais-je de rouler avec ça ?
10
10
Prix
9.0
6.5
9.0
La note de l'équipe Hoonited
7.1
La note du public
1 rating
You have rated this
About The Author
Novichok
Je débute dans la rédaction la plus slave de l'univers auto !