Review

Essai du MG Marvel R : l’R de rien, il fait tout bien (plus ou moins)Environ 17 minutes de lecture

by 11 mai 2022
Résumé
Marque et modèle

MG Marvel R

Prix de base

39 990 €

Prix du modèle essayé

44 990 €

Moteur

Électrique asynchrone

Carburant

Électricité

Puissance

132 kW (180 ch)

Couple

410 Nm (électricité bitch !)

Boîte de vitesse

2 rapports virtuels

Transmission

Propulsion (existe en 4 RM avec un moteur supplémentaire à l'avant pour 665 Nm de couple et 212 kW soit 288 ch)

0 à 100 kmm/h

7,9 secondes

0 à 200 km/h

Longtemps

Vitesse max

200 km/h

Longueur

4 674 mm

Largeur

1 919 mm

Hauteur

1 618 mm

Empattement

2 804 mm

Poids

1 810 kg

Réservoir

70 kWh

Km parcourus

907 km

Conso moyenne constatée

17 kWh / 100 km

CO2

Zéro

Puissance fiscale

5 CV

Une ligne semblant venir de la commande d’un Porsche Macan sur Wish, un nom inspiré de la pop culture américaine, une marque d’origine britannique, le tout proposé par un groupe chinois. Dit comme ça, on dirait une blague. Comment j’en suis venu à essayer ce MG Marvel R ? Pourquoi n’est-il pas si déconnant ? Quel rapport avec Batman ? C’est là, maintenant, tout de suite, dans l’essai du MG Marvel R sur Hoonited.

Cherche pas, y a le Marvel R

La bagnole électrique doit se démocratiser. Mais quand on y regarde, le marché est plutôt triste : on a bien les Fiat 500e et Honda-e qui proposent des lignes compactes et mignonnes et des autonomies de trottinettes, les Tesla dont la valeur est calée sur le cours de la patate dans le CAC40 et qui implique d’entrer dans une secte chelou, la Dacia Spring qui permet de faire une poignée de kilomètres à 4 dans une ambiance aussi spartiate qu’un RER.

Les e-208 et Mokka-e qui sont là pour proposer un truc conventionnel voient leur disponibilité repoussée à la fin de l’année. La Megane E-Tech qui promet beaucoup et qu’on attend beaucoup. Puis rien. Enfin rien avec un minimum d’équipement à moins de 52 k€. Cinquante deux mille euros !

Jusqu’à aujourd’hui. Les propositions sont là. Elles s’appellent MG ZS EV, MG5, mais ici, il est question du Marvel R. Un Marvel à 45 000 € tout de même, ce qui est moins que le moins cher des films de la licence, mais plus que ce que le commun des mortels est prêt à lâcher pour une auto, même électrique.

MG Story : ma marque ne s’appelle plus Morris

En 1960, Stan Lee est mandaté par Martin Goodman afin de créer des super héros pour l’éditeur Marvel Comics. L’idée est de contrer la Justice League of America (Wonder Woman, toussa) des DC Comics.

46 ans plus tard et sans aucun rapport, NAC (Nanjing Automobile Group) rachète MG (Morris Garages) puis fusionne avec SAIC fin 2007.  MG devient MG Motor. Pendant 9 ans, le groupe chinois tente (vite fait) de relancer la production via l’usine de Longbridge en Angleterre pensant que produire en Europe permettrait de pénétrer le marché européen. En vain, le Européens ne sont pas facilement pénétrables. L’usine britannique ferme en septembre 2016, le siège social de la marque ainsi que son centre de recherches sont transférés à Marylebone à Londres. La production, elle, se fait désormais en Chine.

Avec l’avènement de la voiture électrique et le marché assez vide actuel, SAIC a tenté un coup de poker pas déconnant, à en séduire Patrick Bruel himself.

Pendant que les acteurs automobiles tentent de faire de la voiture électrique une « révolution » en utilisant toujours des batteries li-ion peu adaptées et un moteur électrique asynchrone basé sur un classique duo rotor-stator, SAIC Motor (Shanghai Automotive Industry Corporation) tente un mouvement digne des constructeurs de smartphones chinois : offrir plus pour moins cher.

Autrement dit, faire des caisses électriques reposant sur des bases existantes, offrant une liste d’équipement digne des modèles haut de gamme à un prix ultra compétitif. La quantité plutôt que la qualité, le tout à « pas cher ».

Certes, ce n’est pas au niveau des grands noms du domaines. Mais les utilisateurs sont ravis, car il ajoutent cette petite phrase : « pour le prix, franchement ça va ».

Ci-dessus, c’est la Roewe Jing. Jing signifie baleine et Roewe signifie Rover. Oui, parce que SAIC n’a pas réussi à racheter le nom Rover à BMW (qui est propriété de Tata aujourd’hui). Alors le groupe chinois a créé Roewe, comme Rover. Même le logo est copié. Et cette Jing a des R de Marvel R, normal, c’est la déclinaison SUV coupé.

Le MG Marvel R s’affiche ainsi à 44 990 € (hors bonus).

  • C’est 6 790 € de moins qu’une Tesla Model 3 « équivalente » (je mets les guillemets pour pas me faire buter par la communauté).
  • 4 400 € de moins qu’une Megane E-Tech équivalente ou qu’une Opel Mokka-e.
  • 11 000 € de moins qu’une Hyundai Ioniq 5.
  • 7 000 € de plus qu’une Honda-e.
  • 19 356 fois moins cher que la trilogie Avengers.

Le MG Marvel Tout, il manque R (sauf une mise à jour du système)

Comme un menu au resto à buffet illimité, le Marvel R vous laisse choisir ce que vous voulez prendre parmi ce qu’il vous offre.

Toit panoramique ouvrant ? Ok. Grosse tablette tactile ? Ok. Un coffre devant et derrière ? Ok. Des sièges ventilés et/ou chauffants ? Tenez. Un SUV ? Ben oui ! Conduite autonome de niveau 2 ? Cadeau ! Une pompe à chaleur (bah oui pompons).

Et dans l’ensemble, chaque équipement fait très bien le job. Avec des idées cool comme ce voyant qui s’allume en rouge si vous risquez la collision en ouvrant la porte, de quoi protéger les cyclistes contre l’emportiérage.

Je ne vous fais pas toute la liste mais le niveau de finition Luxury du Marvel R offre tout ! Au-dessus, la version Performance vous avez droit à un moteur en plus et 4 roues motrices (et un son 9 HP Bose). Mais vous perdez le coffre avant et ça ne sert pas à grand chose. En dessous, pour 40 k€, vous perdez la caméra à 360° et les sièges chauffants-ventilés, c’est indispensable (sur la caméra).

Un R de déjà vu

Vous rêviez du charme des petites anglaises capricieuses au démarrage ? Oubliez ! Le Marvel R est un mélange des genres.

Ne cherchez pas de logique : même les noms ont été choisi au pif.

On a l’impression de l’avoir vu ailleurs, partout mais sans savoir où. Le SUV chinois emprunte à Porsche, à Jaguar, à Audi, à Lexus tout en affichant une calandre chelou qui a fait tourner les têtes. C’est une rigolade de voir les gens bloquer dessus en tentant de savoir à quelle marque est rattaché cet étrange engin, puis abandonner, déçus de ne pas trouver. Sadique et drôle.

La poupe arrière m’a fait penser au Macan et à l’e-Tron, les feux avant à ceux d’une Mégane 4. L’inspiration se cache à peine mais le final fonctionne plutôt bien. Valérie la voisine l’a trouvé moche, mais elle est bien la seule. @Novichok l’a trouvé vraiment pas mal « en vrai », Le Patron de Hoonited l’a qualifié de « cool » ce qui en ukrainien signifie « cool ». Mon entourage l’a kiffé et, true story, j’ai trouvé plusieurs personnes autour en sortant un jour, pour l’admirer, pas le voler.

Même moi, je la trouve cool (mais je ne suis pas une référence en matière de goût automobile). La couleur y est pour beaucoup, couleur qui ne nécessite pas d’extra financier. Chose rare pour être signalée (on pense à la Cupra Born et sa peinture qui coûte un bras).

De la place partout sauf dans le coffre arrière

On peut caser 3 adultes derrières, dont 2 quintaux. La place centrale est dénuée de tunnel de transmission (électrique, propulsion, toussa) et à part la ventilation sur les parties génitales, la personne au milieu sera presque aussi bien installée que les deux autres.

Le coffre avant, uniquement disponible sur la version propulsion (le haut de gamme 4 roues motrices le condamne pour y placer le 3ème moteur), permet de contrebalancer le coffre au volume trop faible et au seuil de chargement beaucoup trop haut.

Une tablette qui a trop d’importance

La tablette de 19,4 pouces, pour 14 pouces d’écran tactiles. C’est trop. Trop en taille, trop en volume, trop en espace occupé et surtout, trop nécessaire pour des réglages courants. Alors que le cockpit virtuel est top et les boutons du volant à différents niveaux de relief permettent un contrôle parfait et sûr.

Elle n’est pas hyper réactive et elle n’est pas OLED. Donc elle défonce littéralement les yeux la nuit, même éteinte.

En revanche, on prend goût à l’affichage géant du GPS. L’interface est inspiré des smartphones, on peut faire afficher les options importantes en balayant de haut en bas, et les détails de la clim en balayant de bas en haut. C’est agréable à l’oeil et intuitif.

Point cool : le logiciel internet intègre un lecteur de Divx (ce sont des fichiers de films encodés pour les jeunes) mais je ne peux pas vous l’illustrer en photo à causes des droits d’auteurs (et des gauches aussi d’ailleurs).

Mais le gros souci, c’est qu’elle est positionnée de sorte à obliger à détourner les yeux de la route. L’absence de retour haptique empêche de savoir si on a appuyé. C’est pas super sécurisant ça ! Mais l’aide à la conduite est là pour éviter les accidents, j’en parle plus loin.

Le Chic mais cheap

Il ne faut pas rêver ! On ne peut pas avoir un Uber et l’argent du chauffeur Uber.

Le plastique imitant le cuir rappelle les jupes en skaï de Belleville, la finition pas folle, le son moyen. La tentative de voiture qui te souhaite des choses gentilles sort des phrases de Google traduction maladroite. Le Marvel R bugge parfois et refuse de fermer. Il faut alors allumer le contact et le rééteindre. Le large accoudoir central n’est pas réglable.

Parfois, l’ouverture des portes par détection ne fonctionne pas, nous obligeant à utiliser le bouton de la poignée, poignée en plastique qui fait très jouet.

Du bug à gogo mais pas du bug tragique.

Le taf est fait et aller d’un point A à un point B se fait dans un silence digne d’un cimetière grâce à une excellente insonorisation, tant qu’on ne lance pas la ventilation des sièges ou la clim, qui font un bruit à les réveiller, les morts, comme quasiment toutes les bagnoles d’ailleurs.

Rien d’autre à déplorer que des trucs qui sonnent le cheap mais qui ne privent pas d’un plaisir certain. Rien de grave, rien de rédhibitoire.

Parce qu’au-delà de cette sensation de rouler différent, de prendre le contrepied des tendances et d’être un tant soit peu marginal, on a une caisse qui, par ses défauts, se veut attachante. Le cockpit virtuel est lisible, facile à utiliser avec une interface réussie.

L’énorme tablette réagit quand elle le veut mais fait plus que le taf. Apple Car Play et Android Auto fonctionnent sans souci mais avec câble.

La commande vocale est censée palier ce besoin permanent de virer les yeux de la route pour voir ce qu’on tape à l’écran. Sauf que la demoiselle virtuelle ne comprend ABSOLUMENT rien à ce qu’on dit et c’est réciproque. Elle arrive tout de même à régler la température sur 20 degrés Celsius. J’avoue l’avoir pas mal insultée pendant l’essai. Sans regret aucun.

Au final, les imperfections s’effacent pour faire place à une sensation de bien être accentuée, par le rafraîchissement ou le chauffage de mes fesses et une pompe à chaleur efficace.

Puis l’ambiance à bord est chouettes aidée par ce toit ouvrant panoramique dont la toile beige filtre parfaitement la lumière.

Ça rappelle cette pub Meetic : ce sont vos défauts qui vous rendent séduisant. C’est la même chose pour ce MG Marvel R. On apprécie ses petits défauts. Puis on se sent différent, comme les proprios de Tesla, mais humble.

Aide à la conduite

J’aime glander. Je ne suis pas stagiaire pour rien. Et conduire, si ce n’est pas avec un truc plat comme un kart, léger, à propulsion si possible et avec des suspensions raides comme, enfin des suspensions fermes, je m’ennuie comme un rat mort. Donc un SUV électrique à suspensions ultra molles (on y reviendra) qui tangue frère comme un bateau un jour de tempête, je préfère encore lui laisser la main le volant le plus possible.

La conduite autonome de niveau 2 repose sur 15 systèmes d’aides différents. J’ai trouvé ça super efficace, mais un poil violent.

Super efficace parce que le système détecte l’ensemble des véhicules dans un périmètre vaste. Cela va jusqu’à 3 véhicules devant, ceux sur les côtés et ceux qui vous dépassent. Mais en plus, le système analyse le positionnement des véhicules dans leurs voies, afin d’anticiper ceux qui vont vous couper la route ou se rabattre devant vous comme des glands et donc de ralentir en conséquence.

Je suis bluffé et je trouve le système, capable au passage de freiner jusqu’à l’arrêt complet et redémarrer derrière (c’est courant mais je précise), plus efficace que la solution du groupe VAG, avec moins de ratés (bisous le Tarraco).

Un poil violent car les corrections de trajectoires le sont, violentes. Le franchissement de ligne engendre un retour dans le droit chemin plus intense qu’un engagement chez les témoins de Jéhovah, et le rappel à l’ordre pour reprendre le volant est à la limite d’insulter votre maman pour que vous vous dépêchiez. Ça contraste à mort avec les petits mots courtois mais incompréhensibles que le Marvel R vous lance lorsque vous mettez le contact. Donc autonome ouais, mais gardez vos mains sur le volant.

La sensation de conduite : une boîte de diable à ressort

Les sièges sont confortables mais ne sont pas de type baquet et c’est bien dommage. Le Marvel R se conduit EN DOUCEUR. En éco-conduite de l’extrême. Faut de quoi, c’est plus violent que se mater le film Les 4 Fantastiques ou Elektra (ah violent Elektra).

Laissez-moi vous décrire ça. Les suspensions sont archi molles. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est mon fils : « la route est molle papa ». Et c’est vrai ! Ça oscille tout le temps. Sauf que tout le poids (batteries, moteur) du MG Marvel R est placé en bas.

Résultat : la voiture tient bien dans les courbes, s’en sort bien quand on la brusque dans un virage serré sur sol glissant, le plus gros de la masse étant à ras du sol.

En revanche, en hauteur, on se sent comme un diable sur ressort sortant de sa boîte. À chaque virage un peu attaqué, les passagers se rapprochent intimement. C’est clairement la caisse idéal pour mêler Blablacar et Meetic. Pour sûr, après 400 bornes, les passagers arrière se seront pécho. Rassurez-vous, la banquette se lave facilement.

Par contre, ça ne file pas la gerbe, pour peu qu’on ne tape pas dedans comme un bourrin et ce, devant comme derrière.

La conduite plaira aux gens qui roulent cool et relax, ce qui exclut une grosse partie de l’Ile-de-France et quasiment 100% des parisiens. Pour les autres, les conductrices et conducteurs normaux, ça sera confortable et doux.

Je n’ai pas trop kiffé la sensation de conduite. J’aime capter les informations de la route, j’aime sentir que la voiture colle un minimum au sol. C’est vraiment le point qui peut tout changer.

C’est d’ailleurs super paradoxal : un tel moelleux dans la conduite et des aides plutôt violentes dans leurs corrections. N’empêche que les vibrations pénètrent votre fort intérieur et font vibrer votre popotin. Rien de rédhibitoire, puis ça vous aidera à trouver le rythme pendant vos cours de Salsa.

GouRmande en électrons

Autonomie du MG Marvel R : 370 bornes avant d’en squatter une. En vrai, vous ne descendrez pas sous les 20 % de batterie, donc sous les 80 km d’autonomie. Et la recharge sera stoppée à 90 %, car elle devient super longue après. Soit 350 km.

Donc l’autonomie réelle est de 250 km environ. C’est pas ouf comme disent les cyclistes qui se la pètent.

17 kWh/100 km. C’est la moyenne après 900 km d’autoroutes, de nationales, de bouchons et de ville et d’une conduite sportive sur 50 bornes par @Novichok qui a le pied aussi lourd que ses vannes Twitter.

On tapera difficilement au-delà de 20 kWh/100 (sauf si vous ne faites que de l’autoroute à 150 km/h). Même en mode « Sport » activé non stop et avec le freinage régénératif au minimum. En revanche, on peut descendre à 14,4 kWh/100 km sur un parcours mixte embouteillé, avec 40 Km/h de moyenne, la clim ET la ventilation des sièges.

La climatisation, les sièges ventilés et autres joyeusetés ne changent pas significativement la donne, merci la pompe à chaleur, économique et super agréable au niveau de la répartition de la ventilation et donc du chauffage.

La recharge n’est pas la plus rapide. Comptez une heure pour faire un 20-90 %. C’est long une heure. Déjà que 30 secondes peuvent paraître une éternité pour moi.

On n’en fera pas une voiture adaptée à un long voyage. Sauf si vous entrecoupez de pauses en plein air de 30 minutes toutes les 2 heures de route et que vous trouvez une borne qui fonctionne (surtout ça d’ailleurs).

Sinon, les bornes ont ça de cool qu’on peut y faire des rencontres sympa. Ici Miss MG ZS EV et sa voiture EV venue me tenir compagnie (toujours un chouette moment de rencontrer nos lecteurs/abonnés).

MG Marvel R de faire le bilan, calmement

J’adore le nom. J’ai demandé s’il y avait une raison autre qu’un pari entre personnes alcoolisées du pôle marketing et non. La marque m’a d’ailleurs confié travailler sur des noms pour la suite et je suis grave chaud pour l’aider !

Pour preuve :

  • Le SmallR (pour le MG ZS EV).
  • Le BreakR (pour le MG5).
  • Le PourfendR (pour le 4×4).
  • Le CelibatR (pour un modèle 2 places).
  • L’AvengR pour le modèle utilitaire (et fuck la licence).
  • L’AventadR (pour le modèle ultra sportif).
  • Le MoliR (pour le modèle classique).

L’essai était long, avec plusieurs centaines de kilomètres et plus d’une semaine d’essai de ce modèle qui affichait fièrement 8 004 km à la réception pour 8 907 km à la remise. Le seul modèle essayé par les 3 membres de la rédaction d’ailleurs.

C’est une caisse de gens posés. Elle se conduit OKLM MAGL. Comprenez qu’attaquer avec revient à danser en Crocs, c’est faisable mais ridicule et difficile.

Disons qu’au premier contact, je ne m’attendais à rien et j’ai été agréablement surpris. Je trouve que la promesse est tenue.

J’aime la ligne générale. je ne suis pas sexuellement attiré par les SUV mais lui, il a un truc. Cette face avant large à calandre pleine très SF et sa ligne fluide, en rondeur. Ça sent l’inspiration forte, mais ça le fait. C’est subjectif, mais il y a eu beaucoup de subjectif positif de la part de personnes qui ont croisé le Marvel R.

Le pack est complet, ce qui est proposé fonctionne dans la plupart des cas, correctement. C’est doux, agréable et confortable. J’ai rapidement pris mes aises et su utiliser les différents gadgets. En cela, pour la majorité des gens cherchant à se déplacer sans se prendre la tête, ça passe.

Je suis sensible aux bruits et sons, mais moins que @Novichok qui a littéralement pété un câble. J’ai réussi à les réduire au minimum et dans ce cas, ça va. On peut tout désactiver mais ce n’est pas le but. Juste un plus gros boulot sur les tonalités (quelques octaves plus bas) et ce sera gagné. Un truc faisable avec une mise à jour logicielle. D’ailleurs, les mises à jour se font en atelier, sauf pour le système multimédia qui lui, se fait à distance.

La sensation de conduite n’est pas trop ma came. Ça tangue trop, ça bouge trop. Mais ça fonctionne bien et c’est « safe ». La patate (en 132 kW) est là et tient jusqu’à 150 km/h, rendant la version 212 kW inutile à moins de vivre en montagne où là, ce sera la voiture électrique à batterie lithium-ion (et non lithium, fer, phosphate) qui risque d’être inutile. L’insertion dans les ronds points, les carrefours à angle droit, les départ arrêtés sont d’une simplicité déconcertante. C’est super rassurant, surtout en ville. Pour les jeunes conducteurs sur boite auto ayant 45 k€ de budget en première voiture, c’est top.

L’habitacle est très silencieux et parfaitement insonorisé. Pour les personnes visées par cette caisse, probablement propriétaires d’une voiture thermique vieille de 2 décennies, le gap sera stratosphérique. Il vous mettra une telle claque que vous l’appellerez le Prince de Bel R.

Au royaume des trucs bien, je tiens à mentionner la position de conduite et la perception du volume du Marvel R. Sur les SUV, on se farcit des angles morts comme des gamins se farcissent des pilules en boîte de nuit. A tel point que sans caméra à 360°, on risque de frotter dans les parking. Non seulement le Marvel offre une vision très correcte de ce qui nous entoure, mais en plus sa caméra à 360° sur 10 points visibles sur la tablette de quarante douze pouces permet de voir précisément l’entourage. Mention spéciale à la voiture représentée en transparence si besoin, afin de voir le sol lorsqu’on se gare.

Le son n’est pas fou, mais pas mauvais non plus. Pour moi, un son moyen associé à une bonne insonorisation est mieux que l’inverse.

En éco-conduite, le Marvel R est presque une régalade. Presque, parce que les bugs récurrents sur des détails sont gavants à la longue (mais faciles à corriger avec une mise à jour logicielle). On parle tout de même d’un modèle à 45 000 euros. Un effort que diable. Autant les traductions approximatives ne me dérangent pas (je trouve ça marrant), autant devoir entrer, redémarrer la voiture, l’éteindre puis ressortir pour la fermer, bof. Idem pour le tactile de la tablette qui n’est pas des plus réactif.

Enfin, j’ai quelques craintes en voyant comment les parties basses, notamment les câbles de masse, la batterie et le moteur sont exposés. Des soubassements qui mériteraient peut-être une meilleure protection. Mais les ingénieurs ont dû y penser et ça rendrait probablement le MG Marvel R plus cher et donc trop cher.

Oui, car apposé à ce ressenti positif s’affiche un prix que l’on peut qualifier de « raisonnable pour une voiture électrique ». Prix au-dessus duquel, pour le marché, le Marvel R serait trop cher. Un peu comme la Sandero qui est top « pour son prix » mais qui ne serait plus ouf du tout si elle était plus chère.

Je suis obligé de faire mon analogie : MG Motor est à l’automobile ce que Xiaomi est aux smartphones. Le constructeur en offre beaucoup pour le prix, mais il faut faire avec des bugs et des trucs pas hyper bien traduits qui à force deviennent soit attachants, soit insupportables.

Mais, aussi efficace, souple et doux que soit la conduite d’une bagnole électrique, je continue de me dire que pour 44 990 €, en thermique, on est dans un autre monde en matière de sensations de conduite, d’agrément et de qualité de fabrication. Surtout quand Izivia me facture 0,55€ le kWh, ce qui, avec la conso du MG Marvel R, donne 1 € les 10 km, soit autant qu’un modèle essence un peu sportif.

PS : Je n’ai pas mentionné la version Confort à 39 990 € dénuée de caméra à 360° (indispensable) et de sièges chauffants/ventilé et d’éclairage d’ambiance. Pour moi, c’est la version à 45 k€ qu’il faut viser, si vous visez un MG Marvel R.

PS2 : Je n’ai pas intégré le Bonus éco(logique ?) car celui-ci va sauter et surtout, biaise (et baise aussi d’ailleurs) la perception de la valeur du véhicule.

On aime

- Rapport qualité/prix
- Conduite autonome de niveau 2 hyper aboutie
- Couleur vraiment cool et sans surcoût
- Capital sympathie
- Équipement complet (ya tout, il manque R)
- Les traductions bancales pour souhaiter des choses gentilles
- Le nom qui claque MARVEL R
- Une insonorisation au top
- Conso raisonnable de 17 kWh/100 km
- Le prix de 45 k€ pour une voiture électrique
- L'interface générale
- Le cockpit virtuel super lisible et bien clair

On aime moins

- Les suspensions trop molles
- Les bugs dont certains relou
- La charge lente (comptez 1 heure pour 20-90%)
- L'aspect cheap de certains éléments
- La tablette trop grande et trop lumineuse la nuit
- Le recentrage automatique dans la voie trop violent
- Le prix de 45 k€ pour une voiture

L'avis de l'équipe Hoonited
La note de l'équipe Hoonited
La note du public
Rate Here
Couleur
9.0
9.0
Extérieur
6.8
8.0
Jantes
5.0
6.1
Intérieur
6.8
7.7
Performances
7.0
7.2
Châssis
6.5
6.7
Assumerais-je de rouler avec ça ?
6.8
8.5
Prix
7.0
7.0
7.0
La note de l'équipe Hoonited
7.5
La note du public
7 ratings
You have rated this
About The Author
Le Stagiaire
Nourrit à base d'huile de tournesol 15W40 et de chips Vico, le stagiaire n'a pas de nom, parce qu'il ne le mérite pas. Il nettoie les locaux virtuels de Hoonited et entre 2 coups de serpillère virtuelle, il écrit des trucs et taxe des voitures pour les essais.