Donnez une seconde vie à vos LEGO !

by vityok13 octobre 2020
Défaire un set pour reconstruire autre chose à la place avec les mêmes pièces : ici on va parler d’un monde parallèle à la branche officielle LEGO, celui des MOC !
La news

C’est quoi un MOC ?

Avant tout, le terme MOC signifie « my own creation » (ou ma propre création pour les plus nuls en anglais) et désigne grosso-modo une instruction de montage alternatif à un set existant. N’importe qui armé d’un peu de patience et de créativité peut fabriquer son propre « LEGO » avec un logiciel dédié (LEGO Digital Designer par exemple, que la marque danoise met à disposition sur son site).

Plusieurs boites ont développé un buisess modèle très rentable autour de l’univers LEGO en proposant tout un tas de services quasi inexistants au sein de la marque :

  • Achat de pièces à l’unité
  • Revente de sets officiels
  • Commercialisation de modèles inédits au catalogue officiel
  • Commercialisation de MOC
  • Et plein d’autres mais on s’en fiche un peu, ce n’est pas le sujet de ce post

Un monde tout à fait merveilleux et passionnant que j’ai eu le plaisir de découvrir pendant le confinement en mars dernier.

Ce post n’est sponsorisé que par ma passion pour les LEGO

Le confinement donc. Comme toute le France et, à peu de choses près, le monde entier, j’étais sagement enfermé chez moi à attendre que le temps passe et que les choses s’améliorent… Après avoir fini toutes les séries disponibles sur les plateformes de streaming, après avoir fini Youtube et Youporn environ 2 fois, il a fallu trouver des astuces pour ne pas devenir alcoolique à 33 ans ! Coup de bol, je retrouve dans mes affaires un set de LEGO Technic que mes potes m’avaient offert quelques mois plus tôt, la magnifique Porsche 911 GT3 RS (42056). C’était le premier LEGO Technic que je montais de ma vie et le coup de foudre a été immédiat (enfin après avoir trié les 2704 pièces de la manière la moins efficace qui soit : par couleur).

17 jours à me coucher à pas d’heure plus tard, ma Porsche était montée et moi j’étais devenu accro ! Accro au montage mais aussi à toutes les galères rencontrées pendant ces 17 longues soirées… Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû recommencer une partie de la construction en défaisant parfois une centaines d’étapes… A un moment donné j’ai même contacté LEGO en leur disant qu’il me manquait une pièce et que c’était inadmissible pour un jouet à 450 balles ! Evidemment, ils m’ont renvoyé la pièce « manquante » avec leurs plus plates excuses et évidemment, je m’étais (encore) trompé dans le montage et avais mis la mauvaise pièce au mauvais endroit… Bref, faire du LEGO hyper technique le soir quand t’es un jeune parent en manque de sommeil, on a vu plus efficace comme monteur…

Mais malgré tout, j’ai adoré l’expérience de montage de A à Z, les mécanismes (différentiel, direction, moteur, etc.) sont aussi ingénieux qu’impressionnants et le résultat final est splendide.

Un peu moins bien mais beaucoup moins cher que les LEGO officiels

N’ayant pas des centaines d’euros à mettre dans un LEGO toutes les deux semaines, je cherche un moyen d’occuper mes soirées de confinement à moindre frais. Je découvre alors le site rebrickable.com, uneespèce de bible communautaire de l’univers de la brique. C’est là que je découvre l’existence d’un véritable monde parallèle à LEGO et c’est surtout là que j’apprends qu’un même set peut servir plusieurs fois… Ni une ni deux, je parcours le catalogue des MOC disponibles pour le 42056 et je choisis la magnifique 240Z pour faire un test. Je paie 15€ et je télécharge le PDF avec les instructions de montage de la Datsun, le douloureux démontage de la Porsche peut commencer…

*quelques longues heures plus tard*

Le PDF avec les instructions est affiché sur mon ordi (pas du tout pratique quand on est habitué aux livrets), j’attaque le montage de la 240Z !

Honnêtement, le logiciel 3D qui conçoit les MOC de rebrickable est un peu naze. Je me rends vite compte que certaines données basiques ne figurent pas sur le livret dématérialisé (comme le nombre de trous dans une barre par exemple, obligé de tous les compter à chaque fois…. relou !) rendant l’expérience de montage moins fluide et vraiment agaçante par moment. La mise à l’échelle est quasiment impossible sur un ordinateur de 13″, je passe mon temps à me tromper dans la taille des tiges ou des engrenages…

Je finis malgré tout par prendre le pli et termine le montage en un peu moins de temps que la Porsche. Fait désagréable auquel je n’aurais pas pu penser au début : le set original est composé de plus de 2700 pièces alors que le set alternatif n’en utilise que 2072… Mathématiquement, il vous reste près de 700 pièces sur les bras que vous devrez précieusement ranger dans un placard au risque que votre chat ou votre enfant vous mange une brique importante et rende impossible l’éventuel remontage de la 911 GT3 RS…

Tout ça pour dire que passer d’un vrai LEGO à un MOC équivaut à passer d’une Audi RS 6 à une Dacia Sandero : ça fait théoriquement la même chose mais la roumaine le fait moins bien. Mais c’est moins cher alors c’est carrément intéressant !

Quelques images du montage de la Porsche 911 GT3 RS

Quelques images du montage du MOC Datsun 240Z

About The Author
vityok
Tête de pétrole, ingénieur conso max et papa. Je suis le Romain Grosjean de Photoshop.
7 Comments

You must log in to post a comment